NeuroFlex®
révolutionne
la santé du cerveau

NeuroFlex® permet aux cliniciens et aux thérapeutes d’évaluer et de gérer objectivement les commotions cérébrales et les troubles vestibulaires en exploitant le suivi des yeux lors d’exercices en réalité virtuelle.

Fonctionnement

1. Évaluation

 

NeuroFlex® Évaluation commence par un ensemble de tests en VR d’une durée totale de 5 minutes mesurent les mouvements des yeux et de la tête du patient lors de mouvements simples. Chaque test est conçu pour cibler une ou plusieurs fonctions neurologiques spécifiques.

2. Rapport

 

Grâce  à notre tableau de bord en ligne, vous pouvez voir les résultats de chaque test sous forme d’indices et de graphiques, ce qui permet d’offrir une évaluation claire et objective des fonctions neurologiques.

3. Entraînement

 

Avec NeuroFlex® Entraînement, vous pouvez commencer immédiatement un plan de réhabilitation personnalisé et ciblé aux besoins de votre patient. Les exercices en environnement virtuel stimulent et aident la réhabilitation de chaque fonction évaluée lors de l’évaluation.

Obtenez des résultats objectivement

En quelques minutes, obtenez des mesures clés d’une précision exceptionnelle pour évaluer le fonctionnement cérébral. Chacun de nos tests cible une fonction spécifique et retourne un résultat objectif, afin que vous puissiez évaluer vos patients avec précision et confiance.

Pour la liste complète de nos tests, regardez ci-bas.

Poursuite (tête fixe et tête libre)

La poursuite oculaire occupe un rôle important de la fonction visuelle en maintenant le regard sur une cible pendant qu’elle se déplace dans le champ visuel. Par exemple, suivre une balle de baseball avec les yeux et l’attraper nécessite une vision stable et une bonne perception de la vitesse.

La poursuite oculaire est communément étudiée avec la tête fixe et un trajet déterminé. Toutefois, l’humain utilise à la fois la tête et les yeux pour coordonner le suivie d’un objet à travers le champ visuel. La poursuite oculaire avec tête libre offre un trajet généré aléatoirement, ce qui constitue une meilleure représentation fonctionnelle du mouvement. La poursuite oculaire avec tête fixe isole davantage les fonctions oculomotrices et peut donc s’avérer un meilleur choix chez les patients avec des problèmes cervicaux.

Un nombre élevé de saccades correctives durant la poursuite indique une faible perception de la vitesse. Les intrusions de saccades de rattrapage feront en sorte que l’objet poursuivie parait se déplacer plus vite qu’en réalité, alors que les saccades de retour en arrière feront paraître les objets plus lents. Il y a principalement deux raisons qui explique la génération de saccades durant la poursuite : compensation pour une différence entre la position du regard et celle de la cible, ou échec à supprimer une saccade qui n’avait pas lieu d’être. La première se présente chez les patients qui ont une commotion cérébrale, et la deuxième chez les patients souffrant de la maladie de Parkinson.

La voie neurale de la poursuite en douceur utilise de grandes zones du cerveau pour cartographier le mouvement de la cible ainsi que pour traiter la vision, à savoir la région temporale moyenne, les noyaux vestibulaires, les noyaux pontins dorso-latéraux, le champ oculaire frontal et le cortex visuel. Les lésions de ces zones cérébrales peuvent nuire à la fluidité de la poursuite oculaire.

References
  1. Han BI, Song HS, Kim JS.   Vestibular Rehabilitation Therapy: Review of Indications, Mechanisms, and Key Exercises. J Clin Neurol. 2011 Dec;7(4):184-196. https://doi.org/10.3988/jcn.2011.7.4.184 
  2. Ranjbaran M. & H.L. Galiana, Hybrid model of the context dependent vestibulo-ocular reflex: Implications for vergence-version interactions, Frontiers in Computational Neuroscience 9:6: 1-14 (invited Paper for Special Research Topic: Neural and Computational Modeling of Movement Control.  http://dx.doi.org/10.3389/fncom.2015.00006 
  3. Eye movements and speed perception, Alexander Goettker, Doris I. Braun, Alexander C. Schütz, Karl R. GegenfurtnerProceedings of the National Academy of Sciences Feb 2018, 115 (9) 2240-2245; https://doi.org/10.1073/pnas.1704799115  
  4. Thier, Peter and Uwe J. Ilg. “The neural basis of smooth-pursuit eye movements.” Current Opinion in Neurobiology 15 (2005): 645-652. https://doi.org/10.1016/j.conb.2005.10.013  
  5. Wu C, Cao B, Dali V, Gagliardi C, Barthelemy OJ, Salazar RD, Pomplun M, Cronin-Golomb A, Yazdanbakhsh A. 2018. Eye movement control during visual pursuit in Parkinson’s disease. PeerJ 6:e5442 https://doi.org/10.7717/peerj.5442  
  6. Nicholas G. Murray, Brian Szekely, Arthur Islas, Barry Munkasy, Russell Gore, Marian Berryhill, and Rebecca J. Reed-Jones. 2019Smooth Pursuit and Saccades after Sport-Related Concussion. Journal of Neurotrauma 36:1-7. http://doi.org/10.1089/neu.2019.6595   

Saccades (2D)

Une saccade désigne un “mouvement oculaire rapide et conjugué qui déplace les yeux d’une cible à une autre, en amenant un objet d’intérêt à se concentrer sur la fovéa où l’acuité visuelle est la plus élevée”.4

Pendant la tâche de la saccade, le sujet doit déplacer rapidement ses yeux vers des cibles apparaissant au hasard.

Une latence ou un temps de réaction lent de la saccade ou autres dysfonctions des mouvements de saccade peuvent indiquer des maladies impliquant des fonctions cérébrales supérieures tels que la maladie de Parkinson, les troubles du déficit de l’attention, la schizophrénie, la démence ou la commotion cérébrale.

References
  1. Han BI, Song HS, Kim JS.  Vestibular Rehabilitation Therapy: Review of Indications, Mechanisms, and Key Exercises. J Clin Neurol. 2011 Dec;7(4):184-196. https://doi.org/10.3988/jcn.2011.7.4.184
  2. Termsarasab, P., Thammongkolchai, T., Rucker, J.C. et al. The diagnostic value of saccades in movement disorder patients: a practical guide and review. J Clin Mov Disord 2, 14 (2015). https://doi.org/10.1186/s40734-015-0025-4
  3. Stefano Ramat, R. John Leigh, David S. Zee, Lance M. Optican, What clinical disorders tell us about the neural control of saccadic eye movements, Brain, Volume 130, Issue 1, January 2007, Pages 10–35https://doi.org/10.1093/brain/awl309
  4. McDowell, Jennifer E et al. “Neurophysiology and neuroanatomy of reflexive and volitional saccades: evidence from studies of humans.” Brain and cognition vol. 68,3 (2008): 255-70. https://doi.org/10.1016/j.bandc.2008.08.016

Nystagmus optocinétique (horizontal & vertical)

Le réflexe optocinétique est un réflexe qui détecte le mouvement relatif du paysage sur la rétine. Helmholtz a d’abord observé l’OKN en regardant les yeux des passagers d’un train en mouvement. La réponse du nystagmus optocinétique à un stimulus répétitif combine deux types de mouvements oculaires : une poursuite lente stabilisant l’image sur la rétine suivie de fixations rapides dites saccadées.

Le nystagmus optocinétique est testé en fixant une cible tandis qu’un champ visuel de points (un champ d’étoiles) fournit un glissement visuel dans les directions horizontale ou verticale à des vitesses variables. Le résultat est un nystagmus dans la direction du glissement visuel induit (vitesse du champ). Ainsi, le patient fait des poursuites dans la direction du mouvement de la cible, et des saccades correctives pour revenir au centre.

De grandes parties du cerveau sont actives pendant le stimulus nystagmus optocinétique : le cortex occipito-temporal, le cortex pariétal postérieur, le gyrus frontal médian précentral et postérieur, l’insula antérieur et postérieur, le cortex préfrontal et la partie médiane du gyrus frontal supérieur.  Les dysfonctionnements de l’OKN sont présents chez les patients atteints de sclérose en plaques. Elle est également un provocateur de symptômes chez les patients souffrant de commotion cérébrale et les patients vestibulaires.

References
  1. Ranjbaran M. & H.L. Galiana, Hybrid model of the context dependent vestibulo-ocular reflex: Implications for vergence-version interactions, Frontiers in Computational Neuroscience 9:6: 1-14 (invited Paper for Special Research TopicNeural and Computational Modeling of Movement Control. http://dx.doi.org/10.3389/fncom.2015.00006 )
  2. Han BI, Song HS, Kim JS. Vestibular rehabilitation therapy: review of indications, mechanisms, and key exercises. J Clin Neurol. 2011;7(4):184–196. doi:10.3988/jcn.2011.7.4.184
  3. Marousa Pavlou, The Use of Optokinetic Stimulation in Vestibular Rehabilitation, Journal of Neurologic Physical Therapy. 34(2):105-110, JUN 2010, DOI: 10.1097/NPT.0b013e3181dde6bf
  4. Improvements in Gait Speed and Weight Shift of Persons With Traumatic Brain Injury and Vestibular Dysfunction Using a Virtual Reality Computer-Assisted Rehabilitation Environment
  5. Pinata H &al., Improvements in Gait Speed and Weight Shift of Persons With Traumatic Brain Injury and Vestibular Dysfunction Using a Virtual Reality Computer-Assisted Rehabilitation Environment, Military Medicine, Volume 180, Issue suppl_3, March 2015, Pages 143–149, https://doi.org/10.7205/MILMED-D-14-00385
  6. Penelope S. Suter, Lisa H. Harvey. Vision Rehabilitation: Multidisciplinary Care of the Patient Following Brain Injury. Routledge – Feb 2 2011 (p.433-4)
  7. London, Richard. (1982). Optokinetic nystagmus: a review of pathways, techniques and selected diagnostic applications. Journal of the American Optometric Association. 53. 791-8. PMID: 7142632
  8. Gottlob, I. “Ups and downs of optokinetic nystagmus.” The British journal of ophthalmology vol. 84,5 (2000): 445-6. https://doi.org/10.1136/bjo.84.5.445

Réflexe vertibulo-oculaire (horizontal et vertical)

La coordination du mouvement des yeux et de la tête est une fonction du réflexe vertibulo-oculaire (RVO). Lors d’un mouvement court et rapide de la tête, les canaux semi-circulaires de l’oreille interne provoquent des mouvements oculaires compensatoires pour maintenir l’image sur la fovéa.  Afin de tester le RVO visuel actif, le patient fixera une cible pendant des rotations actives de la tête. Ce test fonctionnel comprend des signaux sensoriels provenant à la fois du cou et du système visuel.

Si le RVO est déficient, les yeux ne peuvent annuler le mouvement de la tête de façon efficace, ce qui peut engendrer une perte de la stabilisation du regard, une vision floue, un manque de stabilité ou des nausées. Par exemple, si un coureur tourne la tête pendant sa course, le champ visuel apparaîtra instable avec oscillation, ce qui peut entraîner une perte d’équilibre chez le coureur.

Les patients souffrant d’un traumatisme crânien (30 à 60 %) se plaignent d’étourdissements lors de leur première visite.  Les étourdissements sont un facteur d’augmentation du risque de développer des symptômes de commotion cérébrale persistants. La perte vestibulaire semble avoir un impact sur les fonctions cognitives telles que l’attention, les fonctions exécutives, la mémoire et la capacité visuospatiale (suivi, représentation mentale spatiale).  Par exemple, des astronautes ont rapporté avoir souffert de “Space Stupids’’ lors de l’adaptation à la microgravité.  Il existe aussi un lien entre le dysfonctionnement vestibulaire et les troubles cognitifs tels que la maladie d’Alzheimer et la démence.  A noter : les douleurs cervicogéniques accompagnées de vertiges doivent être différenciées des déficits vestibulaires.

References
  1. Han BI, Song HS, Kim JS.  Vestibular Rehabilitation Therapy: Review of Indications, Mechanisms, and Key Exercises. J Clin Neurol. 2011 Dec;7(4):184-196. https://doi.org/10.3988/jcn.2011.7.4.184
  2. Ranjbaran M. & H.L. Galiana, Hybrid model of the context dependent vestibulo-ocular reflex: Implications for vergence-version interactions, Frontiers in Computational Neuroscience 9:6: 1-14 (invited Paper for Special Research TopicNeural and Computational Modeling of Movement Control. http://dx.doi.org/10.3389/fncom.2015.00006 
  3. Wallace B, Lifshitz J.,Traumatic brain injury and vestibulo-ocular function: current challenges and future prospects. Eye Brain. 2016 Sep 6;8:153-164. https://doi.org/10.2147/EB.S82670
  4. Penelope S. Suter, Lisa H. Harvey. Vision Rehabilitation: Multidisciplinary Care of the Patient Following Brain Injury. Routledge – Feb 2 2011 (p.433-4)
  5. Skóra, W., Stańczyk, R., Pajor, A., and Jozefowicz-korczyńska, M. (2018). Vestibular system dysfunction in patients after mild traumatic brain injury. Annals of Agricultural and Environmental Medicine, 25(4), pp.665-668. https://doi.org/10.26444/aaem/81138
  6. Bigelow RT, Agrawal Y. Vestibular involvement in cognition: Visuospatial ability, attention, executive function, and memory. J Vestib Res. 2015;25(2):73-89. https://doi.org/10.3233/VES-150544
  7. Harun, Aisha et al. “Vestibular Impairment in Dementia.” Otology & neurotology : official publication of the American Otological Society, American Neurotology Society [and] European Academy of Otology and Neurotology vol. 37,8 (2016): 1137-42. https://doi.org/10.1097/MAO.0000000000001157
  8. Diane M. Wrisley, Patrick J. Sparto, Susan L. Whitney, and Joseph M. Furman. Cervicogenic Dizziness: A Review of Diagnosis and Treatment. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy 2000 30:12, 755-766. https://doi.org/10.2519/jospt.2000.30.12.755

Anti-saccades

Les tests d’anti-saccades évaluent l’inhibition ou la capacité à supprimer le réflexe de réagir à un stimulus ainsi que la capacité à cartographier la vision périphérique.

Une cible de distraction est d’abord présentée au patient qui doit regarder dans la direction opposée. Par exemple, si la cible se trouve à 3 cm à droite, le sujet doit regarder à 3 cm à gauche. Ce test ajoute une étape cognitive et une orientation visuelle avant l’exécution de la saccade. Une erreur est comptée si la saccade est exécutée dans la direction de la cible au lieu de la direction opposée.

La tâche d’anti-saccade est utilisée afin d’évaluer la fonction du cortex visuel. De faibles résultats en matière d’anti-saccades sont constatés chez les patients atteints de schizophrénie, de dysfonction des ganglions frontaux ou basaux, de lésions des lobes frontaux dorsolatéral-mesial, de lésions du cortex préfrontal dorsolatéral, de la maladie de Huntington, de paralysie supranucléaire progressive, de la maladie de Parkinson et de commotion cérébrale, pour n’en citer que quelques-uns.

References
  1. Lévy-Bencheton D, Pélisson D, Prost M, et al. The Effects of Short-Lasting Anti-Saccade Training in Homonymous Hemianopia with and without Saccadic Adaptation. Front Behav Neurosci. 2016;9:332. Published 2016 Jan 5. https://doi.org/10.3389/fnbeh.2015.00332
  2. Munoz DP, Everling S. Look away: the anti-saccade task and the voluntary control of eye movement. Nat Rev Neurosci 5: 218-228, · April 2004. https://doi.org/10.1038/nrn1345
  3. Guitton, D.; Buchtel, H. A.; Douglas, R. M. (1985). “Frontal lobe lesions in man cause difficulties in suppressing reflexive glances and in generating goal-directed saccades.” Experimental Brain Research 58(3): 455-472. http://dx.doi.org/10.1007/BF0023586
  4. Ting, Windsor Kwan-Chun et al. “Antisaccadic Eye Movements Are Correlated with Corpus Callosum White Matter Mean Diffusivity, Stroop Performance, and Symptom Burden in Mild Traumatic Brain Injury and Concussion.” Frontiers in neurology 6 (2015): 271. https://doi.org/10.3389/fneur.2015.00271

Nystagmus spontané et provoqué par le regard

Le nystagmus spontané dans l’obscurité est le mouvement involontaire des yeux sans aucun stimulus visuel, vestibulaire ou cognitif et est un indicateur de déséquilibre dans le système d’orientation du regard. Pendant la fixation, les yeux produisent continuellement des mouvements miniatures : tremblement oculaire, nystagmus et microsaccades.

Les tremblements oculaires sont de faibles amplitudes ; la position des yeux à haute fréquence (40-100Hz) change au fil du temps. La dérive oculaire désigne des mouvements sinueux à basse fréquence (moins de 40 Hz) produisant des changements beaucoup plus importants de la position de l’œil et des vitesses de l’œil pouvant atteindre environ 18 degrés/seconde. Les microsaccades, parfois appelées “saccades de fixation”, sont des saccades plus petites de l’ordre de 1 degré.

“La position de l’œil pendant la fixation est activement contrôlée et dépend de l’activité bilatérale dans les colliculi supérieurs et le cervelet médio-postérieur” (Krauzlis &al. 2017). Les causes du nystagmus sont nombreuses. Quelques-uns des cas suivants décrivent quelques-unes des possibilités. Le déséquilibre vestibulaire périphérique accompagné de vertiges aura un nystagmus horizontal qui se supprime avec fixation.à

Le nystagmus congénital reste généralement horizontal dans tous les angles du regard. Le nystagmus latent, associé soit à un strabisme infantile, soit à une stéréopsie absente, change de direction lorsque les yeux sont alternativement couverts. Le nystagmus pendulaire acquis se produit le plus souvent en association avec des troubles de la myéline centrale, en particulier la sclérose en plaques ou à la suite d’un accident vasculaire cérébral. La forme de nystagmus la plus courante rencontrée en pratique clinique survient lorsque les yeux sont déplacés en regard excentrique, en particulier en regard latéral et vers le haut, et constitue un signe de troubles du cervelet, du tronc cérébral ainsi que d’un certain nombre d’intoxications.

References
  1. Serra A, Leigh RJDiagnostic value of nystagmus: spontaneous and induced ocular oscillationsJournal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry 2002;73:615-618. https://jnnp.bmj.com/content/73/6/615
  2. Ko, Hee-Kyoung et al. “Eye movements between saccades: Measuring ocular drift and tremor.” Vision research vol. 122 (2016): 93-104. https://dx.doi.org/10.1016%2Fj.visres.2016.03.006
  3. Krauzlis Richard J., Goffart Laurent and Hafed Ziad M. Neuronal control of fixation and fixational eye movements, Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 2017 Apr 19; 372(1718): 20160205. http://doi.org/10.1098/rstb.2016.0205

Avec NeuroFlex® Entraînement, vous pouvez avoir accès à des exercices de réhabilitation en réalité virtuelle spécifique à chacun de ces tests, et bien plus. Vous pouvez aussi les personnaliser selon les resultats de vos patients pour un résultat optimal.

Traitements

Personnalisés 

Toutes les commotions cérébrales et tous les troubles vestibulaires sont ressentis différemment selon chaque patient. NeuroFlex® vous permet de suivre les progrès réalisés par les patients au fil du temps. Chaque patient peut ainsi recevoir un traitement personnalisé pour les problèmes qui lui sont spécifiques.

Selon les résultats aux tests en cours de traitement, il est facile d’ajuster le traitement en fonction des améliorations de chaque fonction pour qu’il reste toujours optimal pour le patient.

NeuroFlex® Entraînement est présentement ouvert à la sélection de certains utilisateurs pour un programme fermé en version beta. Si vous êtes déjà un client de Saccade Analytiques, veuillez contacter votre représentant afin d’en connaître les détails. Si vous n’êtes pas encore l’un de nos clients, demandez une démonstration ici, et nous pourrons discuter de vos options.

Vous voulez le voir de vos propres yeux?

Cliquez sur le lien ci-bas pour demander une démonstration avec l’un de nos spécialistes. Ils vous montreront les évaluations, les exercices de réadaptation, de vrais résultats et comment NeuroFlex®  s’intègre dans les cliniques, les équipes sportives, les hôpitaux, et bien d’autres, à travers le Canada.

Demandez une démonstration